Trouvez vos flux

J’ai un ami prophète, Sylvain, qui m’a dit que 2021 marquerait le retour du « blog », puis il m’a demandé « mon flux RSS »…

Qu’est-ce qu’un flux RSS ?

Un flux RSS n’est autre qu’un flux d’information mis à disposition par un site d’actualités ou un blog. Dès qu’un nouvel article apparait sur le site, le flux est mis à jour. Il remonte généralement le titre, une image et la description de l’article, comme le faisait votre feed FaceBook, avant.

C’est un format standard du web et c’est d’ailleurs celui qu’utilisent toutes les plateformes de podcasts pour poster leur actualités.

Si vous voulez regarder mon flux RSS, vous pouvez, mais il sera aussi agréable à lire que le code source d’une page web. Pour le voir, comme s’il était sur le mur d’un réseau social, il existe des applications qu’on appelle des agrégateurs de flux RSS qui permettent de mettre en page ce flux. Par exemple RSSOwl, Miniflux ou Feedly.

A quoi sert l’agrégateur ?

Comme écrit juste avant, il va mettre en page les flux que vous suivez.

Imaginons que vous ayez deux sources d’information dans votre vie : Le Monde et moi, c’est presque métaphysique. Et bien, dans votre agrégateur, vous ajouterez le lien de mon flux, et les liens des flux du Monde.

Sur Miniflux, ça donnerait ça :

Miniflux configuré sur le RSS Pixel du monde

Tous les articles que je n’ai pas lu apparaissent sur l’accueil de mon agrégateur, et je les marque comme lus pour qu’ils disparaissent (mais je pourrais toujours les retrouver en parcourant tout le feed).

OK… Mais à quoi sert tout ça ?

Ca sert un idéal, évidemment. Mais commençons par le côté bassement pratique.

Je ne sais pas vous, mais moi, sur la fin, je n’utilisais FaceBook et Twitter que pour suivre l’actualité. Hélas, le premier me soumettais constamment à des contenus sponsorisés et le second me mettait face à la haine mondiale.

En revenant à la vieille pratique du flux RSS, je peux retrouver cette fonction que j’aimais bien, mais au lieu d’aller m’abonner au compte FB du canard que j’apprécie lire, il faut que j’ajoute son flux dans mon agrégateur. C’est comme ça que travaillent beaucoup de gens qui font de la prospection, qui ont besoin d’avoir de l’actualité à jour sur des sujets précis ou qui doivent consolider des revues de presse. C’est comme ça que fonctionne FaceBook, aussi, tout bêtement. Si vous cherchez sur internet « le nom de votre journal + flux RSS », il y a de fortes chances que vous trouviez la source dont s’écoulent les informations que vous souhaitez consommer.

Un autre avantage pour le passionné de cyber-épure, c’est qu’un article déjà vu sur un fil RSS ne réapparaitra pas automatiquement sur la page d’accueil. Chose qui m’a souvent gavé sur FB.

Ainsi, via un agrégateur et quelques flux bien sentis, vous retrouverez votre réseau social sans avoir à passer par une plateforme commerciale, qui, derrière le service apparent qu’elle vous rend, vous exploite.

Lao Tseu aurait un jour dit qu’il vaut mieux apprendre à pêcher à un homme qui a faim que de lui donner du poisson. Vous comprenez maintenant que les grandes plateformes de réseaux sociaux vous ont finalement donné à manger pendant plusieurs années. Aujourd’hui, vous avez l’impression de dépendre d’elles pour vous nourrir, mais rassurez-vous, il n’est jamais trop tard pour apprendre à pêcher.

Du coup, quel agrégateur choisir ?

Il y en a un qui est simple et gratuit, Feedly. Il vous suffit de vous créer un compte avec une adresse e-mail et vous pourrez définir mille sources d’informations différentes ! C’est simple et agréable à consulter. Evidemment, cependant, le business model de la version gratuite repose en partie sur l’analyse et le traitement de vos informations (à quels flux vous intéressez-vous, etc ?). Si vous vouliez brouiller les pistes, il vous suffirait de renseigner une adresse e-mail bidon en mettant de fausses informations personnelles. Mais bon…

Si comme moi vous êtes un brun radical un brin, vous pouvez chercher des agrégateurs Open source (c’est-à-dire créés par des idéalistes du web qui croient au partage universel de la connaissance en vue de l’amélioration par la communauté). Vous en trouverez généralement des gratuits mais qui nécessitent que vous installiez un logiciel sur votre PC ou MAC, comme RSSOwl.

Personnellement, j’aime bien l’idée de tout garder en ligne, de ne rien installer sur mon PC et de pouvoir accéder à mon agrégateur via mon navigateur Web. Du coup, je suis parti sur la version hosted de Miniflux à 15$/an (c’est à dire que l’éditeur prend à sa charge l’hébergement de mon application et qu’il me permet d’y accéder par internet). Internet s’inscrit dans notre société, et il faut donc, comme partout, souvent lâcher un petit billet additionnel pour disposer des services en accord avec les valeurs que nous chérissons.

Pour commencer, Feedly, c’est super.

Conclusion

L’idéal, derrière tout ça, vous le sentez poindre : Refaire de l’Internet le commun dont on rêvait. Donner à chacun la possibilité de consommer l’information disponible sans avoir à passer par une plateforme privée qui centralise, régule, traite et exploite les données qu’elle collecte à des fins essentiellement financières. On peut arguer que ladite plateforme nous rend le service de ne pas avoir à s’embêter avec un agrégateur RSS, mais alors ne venez pas vous plaindre de Trump ou du Brexit, car les deux incarnent les dérives de cet Internet tenu par les corporations (voir le scandale de Cambridge Analytica). Cet article s’adresse donc plutôt à ceux qui pensent que leur engagement politique doit infuser dans chacun de leur geste et que tout n’est pas perdu.

Vous rêvez d’un Internet libre, à l’image du monde de demain, alors il aura besoin de vos efforts pour être construit. Il ne vous sera pas livré clef-en-main par un géant privé.

Dans un prochain article, je vous dirai comment faire simplement un site web pour publier des articles, comme le miens, si un jour vous éprouviez le besoin d’écrire. Je vous présenterai aussi en quoi le flux RSS présente de gros avantages par rapport à la newsletter (RGPD), même si ce gars l’explique probablement mieux que moi (Merci le prophète, pour l’hyperlien).

Imaginez un monde où tout le monde sait faire un site web, et où on peut facilement s’abonner aux flux RSS associés… Bravo ! Vous venez de créer un FaceBook décentralisé, où chaque individu maintient sa partie de la plateforme et où vous pouvez suivre ce que vos amis et les media écrivent !

Maintenant je t’en prie, laisse mon flux pénétrer ton agrégateur.

NB : Dans un des menus du site vous aurez accès à l’actualité des flux que je suis, ainsi que leurs références si vous souhaitez les intégrer à votre agrégateur.

Massimo

IT + culture = <3